HISTOIRE DU VILLAGE LA MAIRIE LES SERVICES MONTHENAULT ANIMATION ARRÊTÉS EN VIGUEUR BULLETIN MUNICIPAL
ACTUALITÉS

DISCOURS DU 11 NOVEMBRE 2019





HOMMAGE à tous les COMBATTANTS MORTS POUR LA France

AUX COMBATTANTS DE 1914-1918

Plus de 100 ans après, commémorer l’armistice de 1918 a encore un sens parce que la terre de France porte encore en elle les stigmates du conflit. Elle les porte à travers ses paysages qui en conservent les meurtrissures. Je pourrais citer la Somme, l’Aisne, ou la Meuse. Des villages entiers ont parfois été rasés et dû être totalement reconstruits. L’architecture de ces villages en témoigne encore. Le nombre impressionnant de cimetières militaires que comptent certaines régions est aussi une trace très forte de la violence des combats et de la manière dont les populations et les territoires ont été marqués.

Evoquer cette guerre, c’est s’intéresser aux hommes et aux femmes qui l’ont traversée. C’est une génération entière de jeunes qui est partie pour le front. Une génération passée par les bancs de nos écoles, puis en partie décimée. C’est plus d’un quart des 18-27 ans qui ne verront jamais l’année 1919.

 

AUX COMBATTANTS DE LA GUERRE 1939-1945

Il y a 74 ans, le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie capitulait enfin après 6 années de combats et de barbarie, qui coutèrent la vie à près de 50 millions de personnes.

« Certains jours, j’ai rêvé d’une gomme à effacer l’immondice humaine » écrivait Aragon. A défaut d’un tel outil, utilisons l’arme qui est à notre portée : la transmission de la mémoire.

La France, l’Europe fut marquée dans sa chair par l’horreur indicible de l’abject, de la déportation et de l’extermination.

Nous pensons au courage de celles et ceux qui choisirent de résister, gaullistes, communistes, socialistes, républicains, simples citoyens.

Nous entendons le Chant des partisans, la Marseillaise et l’internationale qui s’élevaient devant les pelotons d’exécution comme dans les maquis.

Nous lisons les mots de Guy Môquet avant son assassinat : « vous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui vont mourir ».

Des années qui suivirent est née l’Europe, inspirée par le rêve de ses bâtisseurs : rapprocher les femmes et les hommes afin d’installer de façon pérenne la paix sur notre continent.

Commémorer c’est raviver la mémoire.

Disons-le à nos enfants et petits-enfants : aucune voix ne doit jamais manquer, même quand les temps sont durs, même quand la souffrance sociale frappe, pour refuser le chemin du nationalisme, de la haine et du racisme. La paix, la démocratie, les valeurs républicaines sont des combats de tous les jours et nous ne devons jamais baisser la garde.

 

AUX COMBATTANTS DE LA GUERRE D’INDOCHINE

Près de 100 000 soldats de l’Union Française sont tombés en Indochine. Plus de 76 000 ont été blessés et 40 000 faits prisonniers ; parmi ces derniers, 30 000 ne sont jamais revenus.

Ils étaient parachutistes, légionnaires, coloniaux, tirailleurs, gendarmes, marins, aviateurs, médecins ou infirmiers, en provenance de France, d’Europe, d’Afrique du nord et d’Afrique noire. Ils sont morts au détour d’une piste, dans la boue d’une rizière, dans un camp de prisonniers.

En commémorant le sacrifice de nos soldats, en rendant hommage à ceux parmi vous qui leur ont survécu tout en partageant leur épreuve, nous pensons aussi à tous ceux qui avaient fondé leurs espoirs d’avenir sur l’idéal français pour échapper au poids écrasant et aliénant de l’idéologie communiste.

Nous avons l’habitude, à juste titre, d’évoquer et de condamner la barbarie nazie et le génocide qu’elle a engendré dans toute l’Europe.

Mais n’oublions pas les massacres perpétrés au nom de la doctrine communiste dans tous les pays où elle s’est abattue.

Il y a une part de nous dans tous ces événements que nous commémorons tout au long de l’année.

L’histoire de France parle des Français, de ceux d’hier à ceux d’aujourd’hui. L’histoire est un fil qui relie les générations entre elles. Voilà pourquoi il n’est jamais perdu, jamais vain le temps que nous passons ici, ensemble.

AUX COMBATTANTS DE LA GUERRE D’ALGERIE

De 1952 à 1962, en Algérie, au Maroc et en Tunisie, près de deux millions d’hommes ont servi nos armées. 70 000 ont été blessés, 25 000 sont tombés pour la France. Ces hommes ont combattu avec courage et dévouement pour nos couleurs. Les armes se sont tues depuis 57 ans. Progressivement, l’histoire s’empare de cette période. Afin que les jeunes générations aient une juste compréhension de ce conflit, il est nécessaire d’assurer, par l’éducation, la transmission de la connaissance et de ces mémoires. C’est une des missions majeures de l’Etat.

Devant nous, des milliers de noms défilent. Ils illustrent l’ampleur des sacrifices consentis. Par notre présence, nous exprimons notre respect et notre attachement à toutes ces femmes et à tous ces hommes. En rendant hommage à tous ses enfants, la République française est fidèle à ses principes et à ses valeurs.

Que sur les tombes où reposent nos combattants, fleurisse la certitude qu’un monde meilleur est possible si nous le voulons, si nous le décidons, si nous le construisons, si nous l’exigeons de toute notre âme.

En ce 11 novembre 2019, après tous ces massacres, dont les cicatrices sont encore visibles sur la face du monde, puisse ce rassemblement ne pas être seulement celui d’un jour. Cette fraternité, mes chers compatriotes, nous invite, à mener ensemble le seul combat qui vaille : le combat de la paix, le combat d’un monde meilleur.

Vive la paix entre les peuples et entre les Etats !

 

Vive la France !



CONTACTEZ-NOUS

Mairie de Monthenault

  13 Rue de Chaumont
02860 Monthenault

  03 23 24 81 06

  monthenault@wanadoo.fr

Cliquez ici pour nous contacter
INTERCOMMUNALITÉ



Communauté d'Agglomération
du Pays de Laon

Maison Intercommunale
60, rue de Chambry
02000 Aulnois sous Laon
PLAN DU SITE